top of page

Accroche : Cet arrêt de la Cour de cassation, rendu le 5 novembre 2013, porte sur la recevabilité de l'opposition à l'exécution d'une ordonnance pénale.

Faits : M. Alain X... a été condamné par une ordonnance pénale du 28 février 2012 pour inobservation d'un panneau de signalisation "STOP". Par courrier recommandé avec demande d'avis de réception, son avocat, Me Y..., a formé opposition à l'exécution de cette ordonnance au nom de M. X....

Procédure : M. X... a formé un pourvoi contre le jugement de la juridiction de proximité de Saint-Germain-en-Laye, en date du 22 juin 2012, qui a déclaré irrecevable son opposition à l'exécution de l'ordonnance pénale.

Question de droit : La question posée à la Cour de cassation est de savoir si l'opposition à l'exécution d'une ordonnance pénale peut être valablement formée par courrier adressé au greffe de la juridiction par l'avocat du prévenu.

Décision de la Cour de cassation : La Cour de cassation casse et annule le jugement de la juridiction de proximité. Elle considère que la juridiction de proximité a méconnu les dispositions de l'article R. 45 du code de procédure pénale en déclarant irrecevable l'opposition formée par l'avocat au greffe de la juridiction.

Portée : La Cour de cassation rappelle que, dans le délai prévu par la loi, le prévenu peut former opposition à l'exécution d'une ordonnance pénale, soit par lettre adressée au chef de greffe du tribunal qui a rendu la décision attaquée, soit par déclaration au greffe. Ainsi, l'opposition à l'exécution d'une ordonnance pénale peut être valablement formée par courrier adressé au greffe de la juridiction par l'avocat du prévenu.

Textes visés : Articles 527, alinéa 3, et R. 45 du code de procédure pénale.

Articles 527, alinéa 3, et R. 45 du code de procédure pénale.

Commentaires
Couldn’t Load Comments
It looks like there was a technical problem. Try reconnecting or refreshing the page.
bottom of page