top of page

Accroche : Cet arrêt de la Cour de cassation, rendu le 14 avril 2015, concerne la contestation d'avis à tiers détenteur émis par le trésorier principal de Petit Bourg-Baie Mahault pour recouvrer des taxes dues par M. X... résidant au Brésil. La question posée à la Cour de cassation est de savoir si le délai de contestation prévu par l'article R. 281-2 du livre des procédures fiscales court en cas de notification régulière des actes de poursuite.

Faits : Le trésorier principal de Petit Bourg-Baie Mahault a émis deux avis à tiers détenteur pour recouvrer des taxes dues par M. X... résidant au Brésil. M. X... a saisi le juge de l'exécution afin d'obtenir l'annulation de ces avis ainsi que la restitution des fonds versés par le tiers détenteur.

Procédure : M. X... a contesté les avis à tiers détenteur par courrier du 7 décembre 2010, reçu par l'administration fiscale le 9 décembre 2010. Le juge de l'exécution a débouté M. X... de ses demandes au motif qu'il n'avait pas élevé sa contestation dans le délai prévu par l'article R. 281-2 du livre des procédures fiscales. M. X... a formé un pourvoi en cassation.

Question de droit : La question posée à la Cour de cassation est de savoir si le délai de contestation prévu par l'article R. 281-2 du livre des procédures fiscales court en cas de notification régulière des actes de poursuite.

Décision de la cour de cassation : La Cour de cassation rejette le pourvoi de M. X... Elle considère que le délai de contestation prévu par l'article R. 281-2 du livre des procédures fiscales court à compter de la date à laquelle il peut être établi que le débiteur a eu connaissance de l'acte de poursuite. En l'espèce, la cour d'appel a retenu que M. X... avait eu connaissance des avis à tiers détenteur dès le 7 décembre 2010, date à laquelle il a adressé une lettre de contestation à l'administration fiscale. Par conséquent, la contestation élevée par M. X... après ce délai est irrecevable.

Portée : La décision de la Cour de cassation confirme que le délai de contestation prévu par l'article R. 281-2 du livre des procédures fiscales court à compter de la date à laquelle le débiteur a eu connaissance de l'acte de poursuite. Elle rappelle également que la notification des avis à tiers détenteur n'est pas soumise à un formalisme particulier et qu'aucun texte n'impose la signification de ces avis. Enfin, la Cour de cassation précise que les contestations relatives au recouvrement des impôts doivent être adressées à l'administration avant toute saisine de la juridiction compétente, à peine d'irrecevabilité de la demande.

Textes visés : Article R. 281-2 du livre des procédures fiscales, articles L. 262, R. 281-5 du livre des procédures fiscales, articles 683 à 688 du code de procédure civile.

Article R. 281-2 du livre des procédures fiscales, articles L. 262, R. 281-5 du livre des procédures fiscales, articles 683 à 688 du code de procédure civile.

Commentaires
Les commentaires n'ont pas pu être chargés.
Il semble qu'un problème technique est survenu. Veuillez essayer de vous reconnecter ou d'actualiser la page.
bottom of page