top of page

Accroche : Cet arrêt de la Cour de cassation, rendu le 21 mai 2014, concerne la responsabilité contractuelle d'une société civile coopérative de construction (SCCC) à l'égard des locataires-attributaires d'un bien immobilier.

Faits : La société Les Mandollets a fait construire un ensemble de pavillons et a chargé la société ECEB des travaux de gros œuvre. Les époux X ont conclu un contrat de location-attribution avec la société Les Mandollets pour l'un de ces pavillons. Après avoir constaté des sinistres et avoir obtenu la désignation d'un expert judiciaire, les époux X ont assigné la société Les Mandollets en paiement de dommages-intérêts.

Procédure : Le tribunal de grande instance de Pontoise a déclaré prescrites les demandes de la société Les Mandollets à l'égard de l'assureur dommages-ouvrage et a déclaré irrecevables les demandes des époux X. Les époux X ont fait appel de cette décision.

Question de droit : La question posée à la Cour de cassation était de savoir si la société Les Mandollets pouvait être tenue responsable des dommages subis par les époux X et si la prescription était acquise.

Décision de la Cour de cassation : La Cour de cassation a rejeté le pourvoi et a confirmé la décision de la cour d'appel. Elle a considéré que la société Les Mandollets avait commis une faute contractuelle en se privant du droit à réparation dont elle était seule titulaire en tant que propriétaire du bien à la date des désordres. Cette faute a empêché les époux X de faire prendre en charge les dommages par les assureurs. La Cour a donc condamné la société Les Mandollets à payer une indemnité correspondant à la perte de chance des époux X d'obtenir réparation de leur préjudice.

Portée : Cette décision de la Cour de cassation confirme que la société Les Mandollets, en tant que constructeur et propriétaire du bien, avait une obligation de réparation envers les locataires-attributaires. La Cour a considéré que la société Les Mandollets avait commis une faute en se privant du droit à réparation, ce qui a causé un préjudice aux époux X. La Cour a également souligné que la prescription n'était pas acquise dans cette affaire, car les époux X ne demandaient pas à leur vendeur l'indemnisation des dommages, mais recherchaient sa responsabilité pour faute dans l'exécution du contrat de location-attribution.

Textes visés : Code civil (articles 1134, 1147, 1351), code des assurances (articles L. 121-12), code de procédure civile (article 700).

Code civil (articles 1134, 1147, 1351), code des assurances (articles L. 121-12), code de procédure civile (article 700).

Commentaires
Les commentaires n'ont pas pu être chargés.
Il semble qu'un problème technique est survenu. Veuillez essayer de vous reconnecter ou d'actualiser la page.
bottom of page