top of page

Accroche : Cet arrêt de la Cour de cassation, rendu le 16 décembre 2015, porte sur la recevabilité d'une demande de rectification de patronyme.

Faits : M. Vincent François Y... est né le 9 avril 1951 à Paris de Renée Andrée X... qui l'a reconnu le 16 mai 1951. Le 18 avril 1960, il a été reconnu par Etienne Y... puis légitimé par le mariage de ce dernier avec Renée X... célébré le 5 mars 1977. M. Y... a sollicité la rectification judiciaire de son patronyme, invoquant des erreurs commises lors de l'apposition des mentions de reconnaissance paternelle et de légitimation en marge de son acte de naissance.

Procédure : M. Y... a formulé une demande de rectification de son patronyme le 8 février 2007, à laquelle le ministère public s'est opposé. Par arrêt du 5 mars 2009, la Cour d'appel de Paris a rejeté sa demande. M. Y... a formé un pourvoi en cassation contre cette décision, qui a été rejeté le 6 octobre 2010. Il a réitéré sa demande le 31 juillet 2012.

Question de droit : La question posée à la Cour de cassation était de savoir si la demande de rectification de patronyme de M. Y... était recevable malgré l'autorité de la chose jugée attachée à l'arrêt du 5 mars 2009.

Décision de la Cour de cassation : La Cour de cassation a rejeté le pourvoi de M. Y... Elle a considéré que l'opposition du ministère public à la rectification de l'acte de naissance avait conféré un caractère contentieux à la procédure. Par conséquent, la décision du 5 mars 2009, devenue irrévocable, faisait obstacle à la recevabilité d'une nouvelle requête ayant les mêmes fins.

Portée : La Cour de cassation a confirmé que les décisions rendues en matière gracieuse n'ont pas autorité de la chose jugée. Cependant, lorsque le ministère public intervient en qualité de partie principale et s'oppose à la demande, la procédure acquiert un caractère contentieux. Dans ce cas, la décision rendue a l'autorité de la chose jugée et empêche la recevabilité d'une nouvelle requête identique.

Textes visés : Article 1351 du Code civil.

Article 1351 du Code civil.

Commentaires
Kommentare konnten nicht geladen werden
Es gab ein technisches Problem. Verbinde dich erneut oder aktualisiere die Seite.
bottom of page