top of page

Accroche : Cet arrêt de la Cour de cassation, rendu le 8 juillet 2015, porte sur la compétence des juridictions judiciaires pour l'exequatur d'une sentence arbitrale rendue à l'étranger dans un litige opposant une personne morale de droit public française à une personne de droit étranger.

Faits : Le syndicat mixte des aéroports de la Charente (SMAC), établissement public de droit français, a conclu deux contrats avec les sociétés irlandaises Ryanair Ltd. et Airport marketing services (AMS) pour l'ouverture d'une liaison aérienne avec Londres et des prestations publicitaires. Les contrats prévoyaient un arbitrage à Londres selon le règlement de la Cour internationale d'arbitrage de Londres (LCIA). L'arbitre a rendu une sentence retenant sa compétence et rejetant la demande de sursis à statuer du SMAC dans l'attente de la décision des juridictions administratives françaises. Cette sentence a reçu l'exequatur du président du tribunal de grande instance de Paris.

Procédure : Le SMAC a formé un recours contre cette décision devant la cour d'appel de Paris, qui a décliné la compétence des juridictions judiciaires et infirmé la décision accordant l'exequatur. Le SMAC a alors formé un pourvoi en cassation.

Question de droit : La question posée à la Cour de cassation est de savoir si les juridictions judiciaires sont compétentes pour accorder l'exequatur d'une sentence arbitrale rendue à l'étranger dans un litige opposant une personne morale de droit public française à une personne de droit étranger.

Décision de la cour de cassation : La Cour de cassation casse et annule l'arrêt de la cour d'appel de Paris. Elle considère que la compétence des juridictions judiciaires pour l'exequatur d'une sentence arbitrale rendue à l'étranger ne dépend pas de la nature du contrat en litige, mais des règles applicables en matière d'arbitrage international. Elle rappelle que la Convention de New-York de 1958, applicable à l'exequatur en France d'une sentence rendue à Londres, interdit toute discrimination entre les sentences étrangères et les sentences nationales, ainsi que toute révision au fond. Par conséquent, la cour d'appel a violé les textes constitutifs de l'ordre arbitral international en déclinant sa compétence.

Portée : Cette décision confirme la compétence des juridictions judiciaires pour l'exequatur des sentences arbitrales rendues à l'étranger, indépendamment de la nature du contrat en litige. Elle rappelle également l'importance de respecter les règles de l'arbitrage international, telles que la Convention de New-York de 1958, qui interdit toute discrimination entre les sentences étrangères et nationales.

Textes visés : Convention de New-York du 10 juin 1958 pour la reconnaissance et l'exécution des sentences arbitrales étrangères, articles III, V et VII ; article 1516 du code de procédure civile.

Convention de New-York du 10 juin 1958 pour la reconnaissance et l'exécution des sentences arbitrales étrangères, articles III, V et VII ; article 1516 du code de procédure civile.

Commentaires
Les commentaires n'ont pas pu être chargés.
Il semble qu'un problème technique est survenu. Veuillez essayer de vous reconnecter ou d'actualiser la page.
bottom of page