top of page

Accroche : Cet arrêt de la Cour de cassation, rendu le 5 juillet 2017, porte sur la qualification du comité d'entreprise en tant que professionnel ou non-professionnel dans le cadre d'un contrat d'accès à une offre culturelle en ligne.

Faits : Le comité d'entreprise de la société Hôtel de Neuilly a conclu un contrat tacitement reconductible avec la société SLG (devenue Kalidéa) pour bénéficier d'une offre culturelle en ligne. Le comité d'entreprise a résilié ce contrat en se prévalant des dispositions de l'article L. 136-1 du code de la consommation. La société a alors assigné le comité d'entreprise en paiement d'une somme correspondant à la prestation convenue pour la période résiliée.

Procédure : La société Kalidéa a formé un pourvoi contre le jugement rendu par la juridiction de proximité de Boulogne-Billancourt.

Question de droit : La question posée à la Cour de cassation était de savoir si le comité d'entreprise avait la qualité de professionnel ou de non-professionnel dans ses relations contractuelles avec la société Kalidéa.

Décision de la cour de cassation : La Cour de cassation a rejeté le pourvoi. Elle a considéré que le comité d'entreprise, lorsqu'il exerce sa mission légale d'assurer, contrôler ou participer à la gestion des activités sociales et culturelles dans l'entreprise, n'agit pas à des fins professionnelles. Par conséquent, le comité d'entreprise bénéficie des dispositions de l'article L. 136-1 du code de la consommation et peut se prévaloir de la résiliation du contrat.

Portée : La Cour de cassation confirme que le comité d'entreprise, lorsqu'il agit dans le cadre de ses missions sociales et culturelles, est considéré comme un non-professionnel. Par conséquent, il peut se prévaloir des dispositions protectrices du code de la consommation en matière de résiliation de contrat.

Textes visés : Article L. 2323-83 du code du travail, article L. 136-1 du code de la consommation, ordonnance n° 2016-301 du 14 mars 2016.

Article L. 2323-83 du code du travail, article L. 136-1 du code de la consommation, ordonnance n° 2016-301 du 14 mars 2016.

Commentaires
Les commentaires n'ont pas pu être chargés.
Il semble qu'un problème technique est survenu. Veuillez essayer de vous reconnecter ou d'actualiser la page.
bottom of page