top of page

La Cour de cassation, dans un arrêt du 27 septembre 2018, a statué sur la recevabilité d'un incident de péremption soulevé par une partie après s'être opposée à une demande de rétablissement de l'affaire au rôle.

M. et Mme X ont interjeté appel d'un jugement les condamnant à payer différentes sommes à la caisse régionale de Crédit agricole mutuel Atlantique Vendée. L'affaire a été radiée et les consorts X ont ensuite demandé le rétablissement de l'affaire.

La demande de ré-inscription a été rejetée et la banque a soulevé un incident de péremption de l'instance.

La question posée à la Cour de cassation était de savoir si l'incident de péremption était recevable après que la partie s'était opposée à une demande de rétablissement de l'affaire au rôle.

La Cour de cassation a constaté que la banque n'avait invoqué aucun moyen au sens de l'article 388 du code de procédure civile lorsqu'elle s'était opposée à la demande de rétablissement de l'affaire. Elle a donc jugé que l'incident de péremption était recevable.

Portée : La Cour de cassation rappelle que la péremption doit être demandée ou opposée avant tout autre moyen. En l'espèce, la banque n'ayant pas invoqué de moyen lors de son opposition à la demande de rétablissement de l'affaire, l'incident de péremption était recevable.

Textes visés : Article 388 du code de procédure civile.

Commentaires
Les commentaires n'ont pas pu être chargés.
Il semble qu'un problème technique est survenu. Veuillez essayer de vous reconnecter ou d'actualiser la page.
bottom of page