top of page

Cet arrêt de la deuxième chambre civile de la Cour de cassation, rendu le 14 novembre 2019, porte sur la régularisation d'une déclaration d'appel et le délai imparti à l'appelant pour conclure.

M. I... a relevé appel d'un jugement du conseil de prud'hommes le 29 août 2016. Le conseiller de la mise en état a déclaré l'appel irrecevable par une ordonnance du 26 octobre 2016. M. I... a alors formé un deuxième appel du même jugement, déclaré caduc par une ordonnance. Par la suite, M. I... a formé un troisième appel le 17 février 2017. La cour d'appel a infirmé l'ordonnance du 26 octobre 2016 et déclaré recevable la première déclaration d'appel du 29 août 2016. M. I... a pris des conclusions sur le fond le 25 avril 2017.

La société Transit sud azur a déféré à la cour d'appel une ordonnance du conseiller de la mise en état du 15 février 2018 déclarant irrecevables ses conclusions d'incident.

La question posée à la Cour de cassation est de savoir si la nouvelle déclaration d'appel formée par M. I... après l'irrecevabilité de la première déclaration d'appel a fait courir le délai imparti à l'appelant pour conclure.

Décision de la cour de cassation : La Cour de cassation a confirmé la décision de la cour d'appel. Elle a considéré que la troisième déclaration d'appel n'a eu pour effet que de régulariser la première déclaration, qui était affectée d'une irrégularité de forme n'ayant pas conduit à son annulation. Par conséquent, la nouvelle déclaration d'appel n'a pas fait courir le délai imparti à l'appelant pour conclure.

Portée : La décision de la Cour de cassation précise que l'ordonnance du conseiller de la mise en état, qui a prononcé l'irrecevabilité de la déclaration d'appel, a immédiatement mis fin à l'instance d'appel. Ainsi, l'arrêt infirmatif de la cour d'appel, rendu après une procédure de déféré dénuée d'effet suspensif, n'a pu faire courir à nouveau le délai pour conclure de l'appelant, qui avait pris fin avec l'ordonnance déférée.

Textes visés : Article 908 du code de procédure civile.

 : 2e Civ., 16 novembre 2017, pourvoi n° 16-23.796, Bull. 2017, II, n° 215 (rejet), et les arrêts cités.

Commentaires
Les commentaires n'ont pas pu être chargés.
Il semble qu'un problème technique est survenu. Veuillez essayer de vous reconnecter ou d'actualiser la page.
bottom of page