top of page

Accroche : Cet arrêt de la Cour de cassation, rendu le 4 juin 2015, concerne la caducité d'une déclaration d'appel en raison de la non-conclusion dans les délais impartis.

Faits : Mme X a relevé appel d'un jugement du tribunal de grande instance la condamnant à payer certaines sommes à la société Immobilier République.

Procédure : La société Immobilier République a soulevé la caducité de l'appel au motif que Mme X n'a pas conclu dans les trois mois de la déclaration d'appel. La cour d'appel a fait droit à cette demande et a déclaré caduque la déclaration d'appel.

Question de droit : La question posée à la Cour de cassation est de savoir si l'interruption de l'instance emporte celle du délai imparti pour conclure et fait courir un nouveau délai à compter de la reprise d'instance.

Décision de la Cour de cassation : La Cour de cassation casse et annule l'arrêt de la cour d'appel. Elle considère que l'interruption de l'instance emporte celle du délai imparti pour conclure et fait courir un nouveau délai à compter de la reprise d'instance. Par conséquent, les conclusions déposées et notifiées par Mme X étaient recevables.

Portée : La Cour de cassation rappelle que l'interruption de l'instance entraîne la suspension du délai imparti pour conclure et fait courir un nouveau délai à partir de la reprise de l'instance. Ainsi, les parties disposent du délai initial pour conclure, même si celui-ci a été partiellement écoulé avant l'interruption de l'instance.

Textes visés : Articles 369, 374, 908 et 914 du code de procédure civile.

Articles 369, 374, 908 et 914 du code de procédure civile.

Commentaires

생각을 공유하시겠습니까?첫 번째 댓글을 작성해보세요.
bottom of page