top of page

La Cour de cassation, dans un arrêt du 7 novembre 2018, a statué sur une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur l'article L. 311-33 du Code de la consommation.

M. X a acquis un système de pompe à chaleur auprès de la société Home Plus, financé par un crédit souscrit auprès de la société CA Consumer Finance. Suite à la nullité des contrats de vente et de crédit affecté, le vendeur a été condamné à garantir l'acquéreur-emprunteur du remboursement du capital au prêteur.

Le vendeur a formé un pourvoi contre l'arrêt prononçant la nullité des contrats et a soulevé une QPC. La question posée était de savoir si l'article L. 311-33 du Code de la consommation était contraire au droit de propriété et à l'article 34 de la Constitution.

La question posée à la Cour de cassation était de déterminer si l'article L. 311-33 du Code de la consommation était contraire au droit de propriété et à l'article 34 de la Constitution.

La Cour de cassation a rejeté la QPC et a déclaré qu'il n'y avait pas lieu de la renvoyer au Conseil constitutionnel. Selon la Cour, la condamnation à garantie prononcée en application de l'article L. 311-33 du Code de la consommation n'atteint pas le droit de propriété et n'est pas entachée d'incompétence négative. En effet, le vendeur qui a désintéressé le prêteur dispose d'une action récursoire contre l'emprunteur.

Portée : La décision de la Cour de cassation confirme la validité de l'article L. 311-33 du Code de la consommation et écarte les arguments selon lesquels cette disposition serait contraire au droit de propriété et à l'article 34 de la Constitution. Elle précise que la condamnation à garantie prononcée en vertu de cet article n'est pas une atteinte au droit de propriété, car le vendeur dispose d'une action récursoire contre l'emprunteur.

Commentaires
Couldn’t Load Comments
It looks like there was a technical problem. Try reconnecting or refreshing the page.
bottom of page